Tourisme

Les activités à faire durant un voyage sportif en Afrique du Sud 0

Voyage sur le territoire sud-africain

L’Afrique du Sud fait partie des contrées qui ne laisse pas indifférents les aventuriers du monde entier. Dans cette nation arc-en-ciel, les sportifs auront l’occasion de vivre des expériences inoubliables. En effet, ce territoire regorge de plusieurs endroits exceptionnels où les routards pourront s’adonner à plusieurs activités et se dépayser.

Gravir la Table Mountain, le symbole de la ville du Cap

L’ascension de la célèbre Table Mountain est une des choses à ne pas manquer lors d’un séjour en Afrique du Sud. Cette montagne de 1 086 m de haut est localisée dans la ville de Cape Town, dans le sud du pays. Elle doit sa renommée à sa forme hors du commun. Effectivement, vue de loin, cette merveille géologique ressemble à une table. De nombreux sentiers permettent de se rendre au sommet de ce massif rocheux. Cela dit, la piste de Skeleton Gorge est le chemin le plus intéressant. En effet, cette route passe par le fameux jardin botanique de Kirstenbosch. À noter que ce lieu est l’un des plus beaux espaces verts de la planète. Il abrite plusieurs variétés de plantes dont la majorité est originaire d’Afrique austral. En gravissant la Table Mountain, les routards croiseront diverses espèces de mammifères. Les randonneurs profiteront également d’une vue imprenable sur le Cap.

Faire de la plongée dans les eaux de False Bay

Pendant leur séjour dans la ville de Cape Town, les voyageurs ont la possibilité de se rendre à False Bay. Cette localité se trouve à une vingtaine de kilomètre du centre-ville. Elle est une destination prisée des aventuriers lors de leur voyage sportif en Afrique du Sud. En effet, ce site est une adresse de rêve pour faire de la plongée. En s’adonnant à cette activité, les globe-trotteurs auront la chance de croiser plusieurs squales. Parmi les espèces les plus fascinantes, il y a le Notorynchus cepedianus. Contrairement aux autres requins, ce spécimen primitif est doté de 7 paires de fentes branchiales. Mis à part, les nageurs auront également l’occasion de voir des forêts de kelp. Ces macroalgues brunes servent de refuge de nombreux poissons. Par ailleurs, une plongée à False Bay est une opportunité pour les estivants de jouer avec des otaries.

S’adonner à la randonnée sur les pistes du Blyde River Canyon

Au cours de leurs voyages en Afrique du Sud, les sportifs auront l’occasion de faire de la randonnée au Blyde River Canyon. Cette merveille géologique est l’un des sites touristiques majeur du pays. Elle est également l’un des plus grands canyons de la planète. Elle est localisée dans la partie nord de la chaîne de montagne des Drakensberg. En entreprenant un trek dans cette gorge, les routards auront l’occasion d’admirer les « Trois Rondavels ». Il s’agit de rocher dont la forme rappelle les huttes africaines. Les aventuriers ont également la chance de profiter du panorama qu’offre le « God’s Window ». Cet endroit offre une vue imprenable sur une forêt luxuriance et les aires protégées à proximité du Kruger. Par ailleurs, une escapade au Blyde River Canyon est une occasion pour les touristes de se baigner. Plusieurs cascades permettent aux de s’adonner à cette activité.

En apprendre plus sur le passé du Drâa grâce à un trekking au Maroc 0

La région du Drâa qui est très sollicitée par les touristes pendant un trekking au Maroc doit sa popularité à la richesse de ses paysages. En effet, c’est une région qui a des fleuves, des oasis, des montagnes à présenter à tous ceux qui la visitent. On y retrouve aussi une population assez atypique qui vit encore de manière plutôt traditionnelle, en comparaison avec une grande partie des villes du pays. Cette population et son évolution ont été fortement marquées par les multiples changements que la région a connus dans ses conquêtes et ses dominations. Le règne de la tribu zénète des mérinides qui avaient aussi une influence sur Fès et Marrakech a été suivi par l’arrivée des sâadiens qui ont défendu la région lorsque les Portugais ont essayé de la conquérir entre 1515 et 1545. Dans la même période, les Arabes se sont peu à peu installés dans la région grâce aux confédérations Ma’qîl et Hassân.

L’influence des Français sur l’histoire du Drâa

Se rendre dans la région du Drâa lors de son trekking au Maroc avec Aventure Berbere http://www.aventure-berbere.com/types/rando-trekking/trekking-montagne/ permet de bien se rendre compte de la répartition de sa population. Celle-ci a été modifiée, déplacée et gouvernée différemment par plusieurs nations différentes. Les Français sont arrivés dans la région après l’indépendance qui a divisé la région en 8 districts différents. Lorsqu’ils étaient sur place, en plus des activités politiques, ils ont contribué à la restauration des régions à proximité et ont aidé aussi à une nouvelle soumission des 8 districts, cette fois à la famille caïdale qui s’est progressivement imposée sur lesdits districts.

Même si l’indépendance a été acquise entre le 17ème siècle et le 18ème siècle, les chefs de la région continuaient à payer un tribut aux sultans de la ville de Fès qui étaient des chérifiens. Cela s’est déroulé très exactement entre 1650 et 1730, ensuite entre 1750 et 1790. Parallèlement, la cité connue sous le nom de Drâa-Zagora est détruite par les Berâber qui à l’époque occupaient le Saghro, ils ont aussi détruit Sijilmassa en développant leur domination sur Tafilatet et le Drâa. Avec la présence des Français sur le territoire, le Maroc a connu la restauration du système des sultans et des empereurs chérifiens, non seulement dans Fès mais sur l’ensemble de l’empire. La présence des Français est plus marquée dans les déserts et dans les régions en bordure de l’océan. Par ce processus, la pacification de la région est entamée, sauf qu’elle a entraîné de facto la domination héréditaire de la famille caïdale, d’abord sur Ouarzazate au cours de l’année 1919, les 8 districts du Drâa suivent à partir de 1921. À la même période, la guerre qui faisait rage entre les qsars depuis des siècles s’est intensifiée entraînant une répartition stratégique des villages entre les noirs et les Arabes. Ces transformations ethniques sont encore visibles de nos jours, surtout que les berbérophones en ont profité pour s’infiltrer dans la région.