La place de la cheminée à l’éthanol dans la bioéconomie 0

cheminee-bioethanol

Le mot bioéconomie a été utilisé pour la première fois en 1925 par Russe T.I. Baranoff un biologiste d’origine russe. Depuis sa première utilisation, ce mot a pris de nombreux sens et contribue à développer de nombreuses pratiques et théories. Bioéconomie peut définir les comportements biologiques au sens économique comme Baranoff le pensait, mais également la gestion des ressources halieutiques commerciales, théorie émise par H.Scott Gordon. C’est Nicholas Georgescu-Roegen qui en 1970 démontre que le processus économique est une extension de l’évolution biologique des êtres humains. Cette nouvelle vision dénote la dimension double de l’économie. Sur le plan environnemental, la bioéconomie met en avant les contraintes environnementales qui influent sur l’activité économique. C’est dans ce dernier contexte que la cheminée à l’éthanol et les biocarburants interviennent. L’objectif principal est donc de rapprocher l’écologie et l’économie. La bioéconomie est donc devenue ainsi, l’une des sources de l’économie écologique. https://www.biofactory.fr/lstcont-le-spanspan-ecologique-2.html

Les biocarburants dans l’économie et l’écologie

Avec l’engouement actuel pour les biocarburants, ces derniers sont de plus en plus produits et ces derniers font augmenter les besoins en bois en produits agricoles et autres sources végétales de la biomasse. Nous parlons ici essentiellement des biocarburants fabriqués à partir de biomasse, biochar et bioénergie. Ce besoin intense en ressources végétales met en péril la diversité biologique, surtout celle que l’on retrouve dans les forêts. Grâce aux investissements étrangers, de grandes superficies de terre ont été réquisitionnées pour la production de bioénergie, surtout dans les pays situés plus au sud. Cela porte atteinte à de nombreux droits, ceux des populations autochtones, de la souveraineté alimentaire, des droits fonciers et de la réforme agraire. Actuellement, l’objectif des gouvernements est de promouvoir les effets positifs des biocarburants et réduire les effets négatifs liés à leur production. Ainsi les cheminées à l’éthanol pourront avoir du carburant pour fonctionner, sans porter atteinte à la biodiversité.

Il est donc important de supprimer les mesures qui encouragent au développement de la production industrielle de biocarburants. Il est donc nécessaire de promouvoir une production plus saine des biocarburants. Ainsi, la cheminée à l’éthanol et d’autres équipements fonctionnant aux biocarburants pourront être alimentés, l’environnement subira de moins en moins de pollution et les forêts et autres sources de biomasse végétales ne seront plus en péril. Chaque intervenant y a son rôle à jouer. Que ce soit pour les utilisateurs, fabricants d’équipements ou les producteurs de carburants, des mesures doivent être prises.